Le syndrome de la Personne Polyamoureuse Parfaite (PPP). La moscacojonera in Golfxs con principios.

 

polyamory-pedals

A peine sorti du four (publié), à peine traduit!

Cet article viendra certainement « éclairer » mes propos lors du l’Espace de Parole que je vais animer vendredi prochain. C’est pour cela que je l’ai traduit rapidement. Il y a dans le blog de Golfxs une grande quantité d’articles que j’aimerais pouvoir traduire (certains sont traduits en anglais sur le blog lui-même) en français et ainsi les partager avec la communauté francophone. Cela se fera petit à petit …

Bonne lecture et bonne réflexion!

_______________________________

Le syndrome de la Personne Polyamoureuse Parfaite (PPP)[1]

La Mosca Cojonera in blog de Golfxs con principios.

Original: http://www.golfxsconprincipios.com/en/lamoscacojonera/el-sindrome-de-la-persona-poliamorosa-perfecta-ppp/

Traduction Elisende Coladan[2]

Lorsque nous avons plus de deux relations, un problème fréquent est celui de vouloir être la « Personne Polyamoureuse Parfaite » : prendre soin  le plus possible tout le temps, de toutes les relations, sans que cela ne pose problème. Vouloir absolument que personne ne souffre. Faire en sorte de prendre soin de toutes les relations, répondre à toutes les attentes sociales et personnelles qui demandent de faire attention à tout le monde. Croire que tous les sentiments dépendent de nous-même. Démontrer que c’est une très bonne idée de ne pas avoir choisi la monogamie. Suivre au pied de la lettre tout ce qui renvoie publiquement à la communauté polyamoureuse. C’est-à-dire, comme cela semble logique, ne montrer en public que le bon revers de la médaille, de la même manière qu’il a été difficile de parler de violence dans les couples gays ou lesbiens (on a déjà suffisamment à faire avec la pression à partir de la « normalité » pour laver, en plus, notre linge sale en public).

Voilà pourquoi cette bonne intention de départ : être la « Personne Polyamoureuse Parfaite » a souvent des conséquences négatives.

1 – Oublier ses propres besoins.

C’est habituel d’oublier de prendre soin de son propre espace, de ne plus voir d’autres ami.e.s parce que nous en avons plus le temps. Nous nous occupons déjà des besoins du monde entier mais… quels sont les nôtres ? Nous en souvenons-nous ou sommes-nous centré.es sur nos partenaires parce que nous voulons faire en sorte qu’il.les ne se sentent pas mal ? Prendre du temps pour soi. Revoir ses objectifs dans la vie, sentir si nous nous allons bien, si nous sommes en train de faire ce que nous avons envie de faire. Si nous sentons que l’on court d’une relation à l’autre, en train d’essayer de couvrir tous les besoins qui nous sont étrangers et que nous nous sentons un peu stressé.e … cela n’aidera pas à maintenir nos relations sur le long terme.

  1. Vivre en ayant peur de commettre des erreurs.

Que ce soit pour nous prouver à nous-mêmes que nous savons gérer le polyamour mieux que n’importe qui, que ce soit pour nous sentir et nous montrer comme une personne qui ne connaît pas la jalousie, que ce soit pour présenter notre meilleur profil et que nous sommes toujours de bonne humeur, ou bien pour rendre bien visible le fait que nous avons une source d’amour infini, il se peut que nous vivions dans la crainte de mettre les pieds dans le plat et de faire des erreurs. La mauvaise nouvelle c’est que c’est certainement le cas. Personne ne lit  un « manuel d’instructions » avant d’avoir sa première relation monogame, et il en va de même avec les non-monogames. Il est normal de faire d’abord des erreurs, et ensuite trouver des solutions. La bonne nouvelle c’est que nous ne sommes pas obligé.e de vivre constamment avec ce souci. Celleux qui sont motivé.e.s par le sentiment de culpabilité peuvent courir le danger de croire (ou qu’on leur fasse croire) qu’il.les font volontairement du mal à tout le monde… quand en réalité, c’est le fait d’essayer de contenter tout le monde à la fois (ce qui est impossible, ce dont il.les ne se sont pas encore rendu compte) qui fait que parfois certain.e.s de leurs partenaires peuvent se sentir mal.

  1. Croire qu’il est possible de rendre compatibles des systèmes incompatibles

Parfois nous essayons l’impossible. Et ce n’est pas par égoïsme, mais parce que nous souhaitons  faire plaisir à toutes les personnes que nous aimons, à toutes nos relations et que nous n’avons pas encore découvert que c’est impossible ou très compliqué. En voulant être la Personne Poly Parfaite. Par exemple, si nous pensons à un V, un triangle (une personne X avec deux partenaires A et B), une des tentatives insolubles est de vouloir être à la fois dans un système hiérarchique avec l’une d’elles (A) et dans un non hiérarchique avec l’autre (B). Tôt ou tard, les attentes de A vont entrer en collision avec celles de B, parce que cette personne aura des demandes prévisibles dans ce genre de relation et que celles de B ne seront pas prises en compte.

  1. Ne pas se demander : « Et moi : qu’est-ce que je veux ? »

Au final, la solution consiste – si nous pensons à ce triangle A-X-B –, à ce que X, le sommet de la relation, arrête de se laisser guider uniquement par les demandes qui proviennent de A et B. Il est nécessaire de s’arrêter un moment et de réfléchir : « Et moi, qu’est-ce que je veux ? ». Prendre la responsabilité de nos propres décisions rendra plus facile le fait que les autres relations pourront arriver à des accords avec nous-même, au lieu de se trouver toujours à la merci de facteurs externes qui ne sont pas contrôlables. Quand quelqu’un.e se trouve entre deux demandes incompatibles, il est nécessaire qu’il.le décide ce qu’il.le veut, au lieu de « rejeter la faute » sur son travail, sur son autre partenaire, sur les circonstances qui ne permettent pas de couvrir toutes les demandes qui lui sont faites. C’est simple, mais c’est difficile à admettre : il est impossible de satisfaire tout le monde, tout le temps. Cela pourra arriver de temps en temps. C’est pour cela qu’il est fondamental d’être dans une relation non-monogame parce que cela vient d’une décision qui nous est propre, en sachant ce que cela signifie d’y être et pourquoi nous y sommes.

Parfois, il est nécessaire de décider à qui nous devons refuser quelque chose et d’assumer les conséquences de cette décision. Chose qui n’est pas aisée, surtout lorsque nous avons passé toute notre vie à penser uniquement aux besoins d’autrui, avec toutes les meilleures intentions du monde. Mais avoir de bonnes intentions ne garantit en aucun cas que personne n’aille se sentir mal à l’aise. Quand nous assumons notre propre responsabilité, le résultat est, sur le long terme, contraire à ce qui est attendu : tout le monde saura ce qu’il peut attendre de cette relation, sans dépendre constamment de facteurs qu’il.le ne peut pas contrôler. Et cell.eux qui vivent constamment avec le stress de vouloir donner satisfaction à tout le monde, se sentiront soulagés en étant la personne qui sait ce qu’elle décide, ce qu’elle veut faire et comment elle veut le faire.

Si nous développons une culture dans laquelle chacun.e assume ses responsabilités, peut-être que « les fuites en avant émotionnelles »[3] seront plus difficiles : ce que nous faisons, nous le faisons parce que nous l’avons décidé et cela veut dire que nous assumons les conséquences qui découlent de notre choix. Si nous ne répondons pas, si nous ne pouvons pas aller à un rendez-vous, si nous faisons ce que nous faisons (ou nous ne faisons pas), ce sera parce que nous l’avons décidé ainsi. Quelquefois, nos relations auront la forme qu’elles ont parce que des contretemps inévitables surgiront, d’autres fois il s’agira uniquement d’excuses. À nous de reconnaître notre capacité à évaluer si cette relation est en train de correspondre à nos besoins, savoir les raisons pour lesquelles ce n’est pas le cas et si nous souhaitons la poursuivre …

 

[1] Terme utilisé par Mel Mariposa Cassidy, en 2015, dans un article en anglais sur son blog https://polysingleish.com/2015/02/09/the-perfect-poly-person/. Mais il semblerait que le terme existe depuis plus longtemps. NTD

[2] J’ai utilisé le langage inclusif, ce qui n’est pas le cas du texte original. NTD

[3] Cf. Brgitte Vasallo http://www.pikaramagazine.com/2013/03/romper-la-monogamia-como-apuesta-politica/

 

Publicités

Un commentaire sur “Le syndrome de la Personne Polyamoureuse Parfaite (PPP). La moscacojonera in Golfxs con principios.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s